J’ai attrapé un coup de soleil….

Vous aurez remarqué qu’avec nous, la vie c’est plus marrant, c’est moins désespérant en chantant…
Bon, sinon, le constat est sans appel : 25 % de la quantité de crème étalée sur le corps d’un baigneur se diluerait au bout de 20 minutes de trempette. Et si on considère que chaque année, ce sont 16 à 25.000 tonnes de crème qui sont utilisées dans les régions tropicales, le résultat est simple : : 4 000 à 6 000 tonnes de résidus de crèmes solaires se déposeraient chaque année sur les massifs coralliens.
Une menace invisible qui inquiète les autorités et pousse de nombreux Etats, à l’instar d’Hawaï, en mai dernier, à se doter d’un nouvel arsenal législatif qui leur permettra d’interdire définitivement à partir du 1er janvier 2021, les produits contenant de l’oxybenzone et l’octinoxate. Ces deux substances chimiques sont, en effet, très nocives et accéléreraient le blanchiment et la dégradation des récifs. Lesquels sont déjà très affectés par le réchauffement climatique !

Bref, deux solutions :
– tu mets un crème bio, qui en plus de sauver les coraux sauvera ta peau
– tu évites de sortir quand le soleil bastonne sous les tropiques, ton futur cancer de la peau t’en remerciera.